J’avais envie d’écrire ce que RAQ représente pour moi,  mais pas le temps ou pas envie de faire corriger mes tournures hispaniques en français. C’est comme un RDV auquel je procure assister chaque mois. Au début, comme toute première fois, le « thrill » d’être là.  Rencontrer Johanne, ahh.  Ensuite, au chesterfield des geeks, comme un questionnement, une certaine inquiétude.   Je n’arrive pas à voir les yeux de certains tellement on communique par tweet interposé.  Raison de plus donc pour attendre l’arrivée de Mateusz pour aller descendre quelques chopes.

Publicités

winter_terrace
L’idée n’est pas mauvaise. Au même endroit, pendant l’été dernier, ils avaient mis la Terrasse Martini et apparemment avec le temps qu’il a fait cela n’a pas marché du tonnerre. Maintenant la Winter Terrace est là. Je me demande si elle va détrôner les Plaisirs d’hiver comme ‘the place to be’ à Bruxelles pendant cette époque de fin d’année? Aujourd’hui je suis allé voir pour me faire une idée mais il était très tôt pour sentir l’ambiance. L’endroit a l’air chic. Wait and see.

L’autre jour, j’étais en route pour le métro afin de commencer ma journée de travail. Quelques mètres devant moi une jeune fille marchait absorbée par la musique qui sortait de son lecteur MP3. Quand elle traversa le carrefour, j’ai aperçu un homme à vélo en train de crier et gesticuler à son attention. A la vitesse qu’il venait, pensait-je, il va la heurter.
Mais la jeune fille est restée de marbre et, impassible, a croisé la rue. Le cycliste, par contre, a dû jouer les acrobates pour ne pas la renverser.
Ma première réaction a été de surprise. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser « qu’ils sont dangereux ces appareils aux oreilles ». Quand je l’ai dépassée quelques dizaine de mètres plus loin, aucun signe de peur ou d’inquiétude ne se reflétait dans son regard. Sans doute, elle ne s’était même rendu compte de rien.
Ma réflexion s’est arrêtée là. Jusqu’à il y a quelques jours, lorsque j’ai lu un article sur la proposition d’un sénateur de New York. Cet homme prétend infliger une amende aux piétons qui utilisent leur GSM ou lecteurs MP3 en traversant les rues. D’après lui, ceci est la cause de plusieurs accidents mortels et serait devenu un problème de santé publique.
L’incident de la fille m’est donc revenu à l’esprit. Heureusement, l’article, écrit par un journaliste je suppose, est allé au-delà de la transcription de la proposition du sénateur. L’auteur a pris la peine (ou a fait son travail, c’est comme vous voulez) de contacter les autorités belges sur la question. Il n’existe pas de statistiques, dans ce pays, qui permettent de quantifier le nombre d’accidents «causés» par l’usage de ces dispositifs. En plus, imposer des amendes aux personnes qui traversent la rue en écoutant de la musique ou en parlant au GSM, est quelque chose de ridiculement inapplicable.
D’une part, les problèmes de sécurité pour les piétons ne viennent pas du mobile ou de l’iPod. Il ya des gens qui écoutent de la musique et malgré tout prêtent attention lorsqu’ils traversent la rue. D’autre part, il en existe d’autres qui n’utilisent pas de GSM ou lecteur MP3 dans la rue et prêtent peu d’attention à la circulation. « Le seul conseil que je peux donner est d’être vigilants en tout temps» concluait un officier cité dans l’article.
Qu’est-ce que j’ai pu retenir de tout cela? Sans doute devons-nous aller au-delà de notre première impression. Les gadgets eux-mêmes ne sont pas les coupables des accidentes mais plutôt l’usage que l’on en fait. « Last but not least», il y a des gens qui sont capables de faire plusieurs choses en même temps mais ce n’est pas mon cas!  22.02.2007

Je reprends ici le premier post de mon blog en espagnol. Il explique, me semble-t-il, la raison pour laquelle je blogue.

22.01.2007

Au milieu des années quatre-vingt, un professeur de mon université nous parlait d’ Alvin Toffler – futurologue américain – qui disait que la puissance économique appartiendrait à ceux qui domineraient l’information.

Je me demande ce que pourrait penser ce monsieur aujourd’hui sur les millions d’utilisateurs d’Internet. Puisque nous sommes le Personnage de l’année 2006, selon Time Magazine, je me suis proposé de lire des blogs et de visiter d’autres sites liés, afin de voir dans quelle mesure nous contrôlons ou sommes contrôlés, de savoir si nous sommes tous unis ou si toutes ces pages sont juste une masse d’informations complètement hétérogènes.

Magazines, journaux et même des hommes d’affaires parlent (depuis un certain temps déjà) du pouvoir des blogs et d’autres fora sur les décisions des consommateurs, la crédibilité (légitimité ?) de certains politiciens, sur ce qui fait les ‘news’, etc.

Le fait que l’Internet s’est plus ou moins démocratisé (pas beaucoup dans les pays soi-disant en développement) et que les gens connectés ont appris tant bien que mal à utiliser les outils de cet ensemble de technologies appelé Web 2.0, a permis au Réseau d’être plus convivial, plus interactif pour le néophyte.

Bien que quand j’ai dit à mes parents que j’avais commencé à lire des blogs, ils ont répondu: « c’est quoi un BLO? »
Et certainement ceux qui n’ont pas à manger seraient aussi peu intéressés à ce sujet.

Eh bien, mon hypothèse (je ne l’ai pas inventée, mais bien sûr c’est ce que je veux essayer de comprendre), c’est que ces avancées technologiques ont permis la prolifération de groupes de personnes (réseaux virtuels) où les frontières et les distances n’existent pas. L’idée que l’Internet est plein de personnes autistes, dont l’univers se limite à l’écran de l’ordinateur, serait donc fausse.

Chaque jour, on partage des photos, on navigue dans les profondeurs du Web et les encyclopédies traditionnelles ramassent de la poussière on ne sait pas où, remplacées par les Wikipedia et autres.
Le nombre de blogs augmente et il semblerait qu’il y a de plus en plus d’audience (mais quid des blog inactifs ou fermés ?). Les media traditionnels – si ce terme peut encore être employé – que je fréquente toujours, nous parlent de jeunes musiciens qui n’utilisent plus les entreprises de disques pour se faire connaître ou des passionnés de la lecture qui se transforment en critiques littéraires.

Ces millions de blogs, qui s’accumulent dans la blogosphère, forment-ils un océan insondable d’informations et d’états d’âme de toute sorte ?
En tout cas je remercie le premier blogueur que j’ai lu pour son ‘blogroll’ ou liste de liens.
Grâce à elle j’ai pu trouver un chemin pour ne pas me perdre pour le moment.
Et c’est ça que je fais maintenant, sondant l’océan à la recherche du pourquoi les gens bloguent et pourquoi pas d’une réponse à mes propres problèmes besoins.

Je ne suis pas aussi ennuyeux qu’il pourrait paraître. Cette pseudo analyse est une part de ma ‘déformation’ professionnelle. Je lis aussi des blogs super amusants uniquement pour ça, pour me divertir sans me ‘casser la tête’ 😉